Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

O le brant nus se mist a front a front,
Ferir le veit al devaler del mont ;
2555Quant ch’il consuet de son eschu li ront,
Le blans obers le desmaille e confunt,
Trosque la cars le brans ne se repont,
Celle ne trance, mais si la frappa mont.
Quant perceü s’en est le noble cont :
2560« E ! Diex », dist il, « quel mervoiles ci sunt ?
50 b« Saracins frere, entant que je te cont.
« Cist brand d’acer, que maint paiens confont,
« Ensor ta cars moi sanble q’il s’aont. »
Feragu taist, qe de ce n’i respont ;
2565Vers Rollant broce, de lui ferir enpont.
Li ber trestorne deleç un pué reont.
E l’enperere estoit el chief del pont ;
Le sant de Diex en apelle e somont.
A poine croi qe plus en soit ou mont
2570Com il en veit priant a pont a pont
Che gard Rollant, le conte de Clermont,
Vers Feragu, e che grace li dont
Che oncir le puise anz que le jor s’enbront.

CVII[1]

Plore le roi e tient son chief enclin,
2575E voit Rollant guenchir le Saracin ;
Lors croit il bien q’il soit pres de sa fin ;
La dous mer Dés apelle en ses latin :
« Ay ! Vergne, fille do barons Johachin
« E de Cil mere que les Juïf topin
2580« Ne voldrent croire par hom e Diex divin,
« Par celle joie, roïne de aut lin,

    — 2554 uit — 2562 dacerer — 2567 e chief — 2568 apella — 2570 en manque — 2573 le prise

  1. — 2574 so chief — 2576 croit bien qil soit pris de fin — 2577 mere — 2579 les nuf topin — 2381 lim.