Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Entre dos leres en cros le aclava. »
Rollant l’oï, a pué ne forsena ;
Il done un saut e le branz entesa,
Tient Durindart, que vangier se quida ;
2475Mais le Paiens son fust lui presenta.
Voit le Rollant, Damediex reclama
Contre le fust qe sor lui devala ;
A le retrere le brant d’acier gita
Par si grant force qe tot retintina,
2480Entre deus bandes le tinel encontra,
Par deus moitez le trence e decopa ;
Le tronchons chiet, dont tot se conforta
Le niés Carlons e Monjoie cria,
E la vertu qe nostre Sir monstra
2485A celui point docement mercia.

CIII[1]

Quant Feragu voit tot rot son tinel,
Trancié par mi, ans n’i valdrent cerclel,
Remist plains d’ire, de duel e de revel,
49 aSi com l’enfant, quant il pert son osel
2490E recovrer nel poit par son apel.
« Machon », dist il, « par toi sui a masel,
« Hoi ert vencus le lion por l’agnel. »
Do fust tenoit el poing un tronchoncel,
Rollant le gite, cum se fust un cortel,
2495Par mié l’escu, qu’en brisa le cantel.
Le colp fu fier, meraveillos e fel,
Versez n’eüst d’une tor le crinel.
Ne puet tenir Rollant qe ne cançel
Plus d’une toise, a qui soit leid o bel,

    — 2485 dotement

  1. — 2486 tot manque — 2487 ans nil — 2492 A uenus — 2496 Le col — 2497 cunel.