Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/232

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Les vostres ovres sunt si pleines d’ardor,
2355« Tant avois morte de la gient Paienor
« Ch’al rois Marsille en a pris tiel paor,
« Fuent s’en veit outre le mer Maor ;
« En Ynde fuit, la sera son demor ;
« Segur sera, car trop i a grant calor.
2360« Si fort se dote de vostre grant vigor
« Ch’il vos a feit d’Espagne avoheor.
« Sire Denois, bien disoies tot or
« Che coars sui e leit e mauditor,
« Mais fel parler doit consentir al vor.
2365« Quant vostre per vos ençendra d’uxor,
« A l’ençendrer et al nastre ancor
« Regnoit sor vos le planet de fredor
« E Mars regnoit en gient estranior.
« S’adonc non sunt planete mentior
2370« E cels qe sunt des estoiles dotor,
« Bien devois estre soverans vanteor :
« De cele gient an portez bien la flor.
« Defors ice q’estes consileor
« De Carlemaigne, mon sir l’ampereor,
2375« Con tot de q’estes si dotez ferior,
« Vos n’avois anch a tenir trop d’onor
« Fors Dainesmarche, merci vos ancesor.
« Neporquant fustes bien le comançaor,
« Vostre merci, a entrer en ceste tor.
2380« Al tesmoigner Carles vostre seignor,
« De tiel proeces avez feites ploisor. »

47 aHestous oit ire, de parler ne se proie ;
Gerars regarde, durament le enoie

    — 2360 forte — 2362 bien sendie tu totor — 2363 Che coure su elcro e mauditor — 2365 eçendra — 2367 Regnõt — 2368 regnõt — 2369 Sadone, le planete — 2370 estroiles — 2372 aportez.

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées C