Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/229

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A grant mervoile l’a gardé Feragu,
2265Par ce s’areste q’il ne l’avoit feru,
45 aCar molt mervoile de ce q’il a veü ;
Lors se quida do tot avoir vencu.
« Dam glot », fit il, « vos estes recreü ;
« Mien esiant, j’en sui aperceü ;
2270« En queil escoile avois lit n’entendu.
« Che chevaliers perdist par l’abatu ?
« Anchué verois Oliver vostre dru.
— Voir », dist le duc, « a tote sa salu. »
Alors brandist le bon brand amolu ;
2275En la venue do Paiens est coru,
Mais lo penser de ferir est perdu,
Che le Paiens l’a primain conseü,
Sor le baron a son fust enbatu
De molt grant force e de roiste vertu.
2280S’adonc l’eüst par mié l’hiaume feru,
Jamais n’avroit ne mangé ne beü.
Mais le vasal, quant voit q’il ne puet plu,
En mie sa targe a le colp receü.
La borcle a freite e le cantel ronpu ;
2285Les trois balotes, dunt avois entendu,
Paserent outre dejoste l’hiaume agu,
D’une tot seule le ber toché n’en fu,
Neporquant est an jenoilon cheü ;
Mais ne fu mie de drecer esperdu.
2290Al relever li a son colp rendu,
Par desor l’anche fausa l’obers menu,
Le ganbaus trenche, qe fu d’un chier velu,
Trosqu’en la carn li a mis le brand nu.
Quant fers est mielz e tremprez e batu,

    — 2269 ie sui — 2272 Auchue — 2275 de paiens — 2276 pensir — 2279 e dorostie — 2280 sadont leustes par mie li haume f. — 2284 La torde freite, roupu ; pour la correction de torde en borcle, cf. le vers 1351 — 2286 paseront — 2286 A drocer ; B drecier — 2292 treche — 2293 carn mist le b. n.