Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/227

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XCV[1]

La o areste Feragu son cheval,
Le campions do roi celestial
2210Le vient encontre par delez un costral.
N’i oit parole intr’eus ni conte al ;
Grand colp lui done do roide esplé poignal,
L’eschu li trance com se fust de cendal.
Fort fu l’obers do paiens criminal,
2215Iluech peçoie la lance o buen vasal ;
Mais le colp fu de tiel ire mortal
Par pué ne chiet le Turch de son estal.
Aparisant fu bien celui jornal
Qu’en tot sa vie un colp ne senti tal ;
2220A pué n’i chiet son baston contreval.
Le neveu Carles o cors enpirial
Outre s’an veit lié et joians e bal.
De celui colp, que ne fu mie a fal,
Par l’ost en parlent François e Provençal ;
2225E li Paiens en font grant batistal
44 aAs murs, as estres do palés principal ;
E li prisons, qui sunt a fenestral,
Paor, sperance e disir tot engual
Lor font proier Jesu le spirital
2230Che gard Rollant, lor seignor general.

XCVI[2]

Le niés Marsille fu de grant ire plan ;
Honte e vergogne li fist un color van ;
Ses diex laidençe, Machon e Trivigan,

  1. — 2209 de roi — 2212 dona — 2213 Li schu li trança — 2216 col — 2217 tuch — 2219 tote — 2224 parlorent
  2. — 2233 Se diex laideçe.