Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/226

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Par Machomet, enchué est ma sperance,
« Stu me laisases tot les barons de France
« En autretiel presons et abitance,
2180« A ton retorn t’en ferai delivrance,
« S’il ne s’en vont par art de nigromance
« O il n’eüsent de voler costumance.
« En nostre ahie n’avoir nulle sperance.
« Prie Machon che te gard de meschance :
2185« Cil soit ton hiaume, ton eschu e ta lance. »
En Feragu lor n’oit plus demorance ;
Seisi l’eschu de sa reconovance
A troi dragons sor une liste blance ;
Son fust a pris, ans ne quist autre lance ;
2190Ist de la ville, vers nostre duc s’avance
Che l’atendit par delez une estance ;
E quant il voit do Paiens la senblance,
Par ce qu’il soit de tiel desmesurance
De lui combatre n’oit nulle repentance,
2195Mais si reclame la divine sustance :
« Glorios piere, de qui toz bien comance,
« Je prant ceste hovre en nom de penetançe
« De mes pechiés, e tu sais la fiançe
« Que je ai senpre en divine pusançe.
2200« Hoi ne me viegne le penser en falançe
« Del ton secors, o ai tante atendance,
« Vers cist lions che con averte brance
« Vient par desfaire ta digne predicançe. »
Alor se saigne le bier por grant sciançe.
2205Plus n’i ot criz ni parole ni tançe ;
43 bDes esperons fiert le var de Constance,
Vers Feragu se mist a gran erance.

    — 2181 seuont — 2182 nenseusent — 2183 auoit — 2184 meschante — 2195 clame — 2201 oi ai — 2203 digna.