Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/221

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Se tu ais pris cist jantil chevaler,
« Liez en pués estre et proeçe loer ;
« Avant te garde qe te puese encontrer ;
2045« Fa que nus home ne t’an puse blasmer ;
« Ci pués honor et grant blasme trover ;
« Crois che sois saje, bien te savrais aider. »
Dist Feragu : « Le qual est Oliver ?
« Je ai entendu que molt le seult amer
2050« Le duc Rollant sor tot le autre pier.
— Veez le ci », dist Hestous le gerer ;
« Vorïez vos de lui encomencer ?  »
Olivier l’ot, n’i oit que spoenter.
« Ne vos en sai », fet il, « gré d’un diner ;
2055« Tiel quide vendre que moult seult achater.
« Saracin frere, je sui le fil Rainer :
« Fa tes pleisir com de ton prisoner.
40 b— Requis vos ai sol per molt honorer
« En remembrance do melor chevaler
2060« Che soit o siegles, bien le pués tesmogner.
« Tot est garniz de quant ch’i a mester,
« Bien le poüt Hector tenir por frer ;
« E molt mervoil quant il vos veult digner
« Por compagnons, mais l’om le puet schuser,
2065« Car por mesais de gient por home arcer
« Se feit honor au cheitis soldoier.
— Vos dites voir », ce respont Berenger,
« Il est le mestre, nos somes li escoler. »
Con ces paroles se sunt alez laver.

LXXXIX[1]

2070Sor le palés de molt riche fature
De rice piers e adornez de penture

    — 2049 entendue — 2053 O. loi moit — 2060 puet — 2061 chi i — 2065 deglent ; fin de ce vers inintelligible — 2067 voir sire ce r. — 2068 Il estre — 2069 le sunt.

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées LXXXIX