Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Jusque demain la bataile remaigne.
37 a« Le maitinet, sor le voir de Quitagne,
1875« Armez venrai ici sans demoraigne.
« Dehait celui que pués l’autre sparagne ! »
— Tot ce me ploit », respont le chevetaigne.
« Tu, Saracins, is de giantis laignage ;
« Proier te veul sor cil Diex qe t’ensaigne
1880« Che n’onfendras a la prise compaigne
« Tant ch’uns de nos avra ce qu’il bragaigne.
« Stu me conqueres, bien pués dir, sens enfaigne,
« Desconfiz ais Carlons en tere straigne ;
« Ne li prisons n’atendront q’il lor vaigne
1885« Secors valant le pris d’une castaigne ;
« Pués en porais feir quant che le lor cors te maigne.

LXXXIV[1]

— Par Mauchomet », respondi l’Aufricant,
« Vestre proiere m’est un comandamant.
« De vos barons ne dotez tant ni quant ;
1890« Servirai lor, tot par vos solemant,
« Quant en prisons non tendez autremant.
« E se vos estes ensi lor bienvoillant
« Con demostrez et est aparisant
« E volez estre de la lor mort guarant,
1895« Anz le partir me ferois sacramant
« Che l’ost de France d’ont ele est en presant
« Ne partira por paser plus avant :
« Deça le pont, la qui defanse prant,
« Ne paseront nus cors d’ome vivant
1900« Ne mais che vos armez sor l’auferant
« Par moi combatre cors a cors solemant.

    877 cheueraigne — 1878 estes de g. laignagne — 1879 qe tẽ caigue — 1880 Che tu nõ fendras — 1883 enrere — 1884 naigue

  1. — 1888 comadamant.