Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/213

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Che l’Arabi le portoit devant soi,
E quant fu estors de ses mains, ne fu poi.
Mais tant fu grant le colp, se dir le doi,
Che lui dona li niés li jantil roi
1820Che li Paiens fu de grant pece quoi.
Quant recovrez fu le bon brant Turchoi,
Si comença a escrimir en Françoi.
S’il lui quidast avoir feit tant ennoi,
Avant che l’Arabi fust revenuz en soi,
1825Feruç l’eüst o quatre colp o troi.
Mais qui seüst do verai le secroi,
N’avroit paor che lui fesist desroi.

LXXXII[1]

Fol est celui chi son nemi desprise,
Por tant ch’il soie d’une petite guise,
1830Pobre d’avoir e neïs en chemise,
Car le proverbe seult dir che maestrise
Confont ceschuns ch’en li force s’atise.
Dam Feragu ch’avoit fet la grant prixe
36 aDe cil por qué abasoit sante Glixe
1835Tost le perdi por divine justixe.
No s’en gardoit par orguel de fantise,
Si com le fols que croit prandre la bise
Avec la palme, dunt autrui s’en feit rixe ;
Si com celui qui par grant avarise
1840Tient trop a vendre la grant mercheandise,
Pués perd a tens tote la convotise,
Dolant se clame e feit chiere pansise,
Tot ensemant le Paiens de Galise
Remist plains d’ire, de duel e de reprise.
1845Pués apella le filz a la marchise :

    — 1817 estros — 1820 paies — 1826 do nerai

  1. — 1832 forcer sarise — 1834 abasaoit — 1838 Ne uela palme — 1840 le grant — 1842 clama.