Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/211

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Biaus niés, biaus frere, n’ai parent si vos non ;
« En tiel mainere, fil, vos perdrai je don ?
« Or est veree la profecie Corbon,
« Ch’en cist païs doi mener un lion
1765« Che savra prandre toz les bestes dou mon,
« Pués me doit estre anblez, ne savrai con. »
Lort cheit pasmez ; les oilz li sue Huon.
Donc veïsez l’ost en tiel sospicion,
En lor consoil n’i a nulle raison.
1770Canter vos doi do fil roi Falsiron,
Com il en porte le niés o roi Carlon,
35 aSovant le fiert do pung sor le corpun,
E pois an jure Apol e Baraton
Chel mandera o roi Marsilion
1775Ch’a son talent en fera venjason.
Si com revient en soi le fil Millon
E ch’il se vit en la force al Sclavon,
Onte e paor oit e duel a foison.
Vers Damediex a feit brief oraison :
1780« Sir, que Diex is e desendis del tron,
« Si com la vergne do lignas Salamon
« Te porta en ventre, si com fus Diex et hon ;
« Sire, por remembrance de celle pasion
« Che par nos recevis entre li dui leiron,
1785« Hoi me soies aidant contre cist Faraon,
« Che mener ne me puse an l’orible preson,
« E que j’en puse hoster cels qui par vos i son.
« Enchué, baron saint Jaques, soies en jenoillon
« Davant Diex a proier de ma delivreson,
1790« Che par toi su je pris ; or m’en rend geerdon. »

    — 1761 nia parent ni — 1762 perdrai don — 1763 uerce — 1765 le beste — 1766 aublez — 1771 ĩporte — 1773 auiure — 1778 forson — 1781 lignaie — 1782 fe diex — 1786 lareble — 1788 Euchue — 1790 oi men.