Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/209

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne Feragu ne sanble mie an biere ;
Sante Nafise jura, la Machon miere.
Fors est Rollant et d’orible mainere,
Mais s’il avient que a son fust le fere,
1710Mester avra q’el soit portez en biere.
Le tinel drece, pessant com fust de piere,
Vers le duc broce, n’estara nel requere.
Ferir le quide Rollant a la promiere ;
Amont avoit drecé l’espee clere ;
1715Quant voit le fust decliner vers sa cere,
Par son voloir volist estre en Baivere.
Vers le revel de la mace plenere
Gita le brant, ne seit autre que fere,
E deu cheval sache la rene arere
172034 aQue le eschivast, s’il poüst, volentere.

LXXVIII[1]

Por grant dotance Rollant le frains saçha ;
Le bon destrer, que le freins, redota,
Le chief, le piz, lez piez devant dreça ;
Le colp de fust lo destrer asena
1725Par mié le chief, dun le sir sparagna ;
Quant ch’il ataint deront e debrisa,
Oilz e cerveile aval en trabuça ;
E les balotes do tinel avança,
Les dos greignors le bon cheval frapa.
1730Le neveu Carles la tere tastona
Si sor le flanch que d’angose pasma.
Le cheval chiet, que sempre devia.

    — 1707 Santa Nafisa — 1711 dreca. — 1714 B Che amont — 1716 Par son iroloir nolist estrebainere — 1717 reueles — 1719 rena

  1. — 1723 le piez les piz — 1726 detõt — 1727 cerneiles — 1729 greignrõs, fapa, corrigé par B en flapa — 1732 A que (blanc) deuia ; B supplée mort.