Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/206

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1620« Pris nos barons qi par Diex servir va. »
Les douz paroles qe li ber lor conta
De mant biaus oilz les larmes defunda.
« Niés », dist le rois, « Cil que puet e pora
« Soit tien eschu ! et bien spoir ch’il sera. »
1625Leve la mains, par troi foiz le seigna
En nun de Ternité q’en un sustant esta,
Car qui ces trois persones en un sol Diex crera,
En la grant Josafat nulle paor n’avra,
Quant Ite maledicti in ignem se dira.

LXXV[1]

1630Vers Feragu, le parant Golias,
Mist son cheval Rollant a petit pas ;
Amont regarde et dist : « Tu qui penas
« Sor sainte croz, quant Longis perdonas
« Che demanda merci de cor veras ;
1635« Si voiremant come tu escoutas
« Celui qui estoit en cros ton destre bras,
« Che dist : « Domine memento mei las,
32 b« Quando in regno tuo eris », e tu tornas
« Les oilz vers lui e le reconfortas
1640« E disis : « Amen, te di, que tu seras
« Hodie mecum : in paradis veras » ;
« Biaus sir, avant la none a boire domandas,
« Ce fu sinificance que tu soi te trovas
« De boire tost la mort par cui tu nos salvas ;
1645« Si voir cum je croi bien que tu resusitas
« Si cume Diex et home et o ciel remontas,
« O jor de Sensions et aprés te mostras

    — 1620 pus nos — 1624 et bien sospoir — 1626 E nun, sta

  1. — 1640 amen amen — 1644 par eni — 1645 cum.