Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/202

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Demantinant le ferent li tirant.
1510Desarmé l’ont mis sor un alfan.
Feragu l’a seizis par l’açaran :
« Comant ais nom, a la gise Johan ?
— Hestous, biaus frere, e sui cosins jerman
« Rollant, par cui est intré Carleman
1515« A voloir prandre le regne Asian ;
« Tot a doné jusqu’al chef premiran
« De la Navaire, a fron dou Castellan,
« Al filz Millon, par coroner Audan,
« Le melor home qu’ancor manjast de pan.
1520« Un des piers sui e d’amors plus proçan,
« E croi avoir grant part de cist terran. »

LXXI[1]

Dist Feragu o la fere senblance :
« Hestous », feit-il, « di moi, par ta creance,
« En cist presons qe j’ai en ma poissance
1525« Ay retenuz le niés ou roi de France,
« O est remés derer par negliance ? »
30 bHestous respont : « Regarde en ta siance :
« Se Rollant fust vencus a brant ni lance,
« Cil mien eschu de roge part e blance
1530« N’eüst vers toi monstrez desmesurançe :
« Moi e ceschuns avroit feit grant enfançe
« A voloir prendre del son meillor venjance. »
Dist Feragu : « Se Rollant vos sentançe
« A metre vos in la prime bobance,
1535« N’é da reprendre, car bien a conoissance

    — 1509 Demantinat — 1513 iermans — 1514 par cra — 1515 tisian — 1516 premitan — 1520 pieres

  1. — 1529 Cil mie — 1531entançe — 1535 couoissance.