Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/196

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Car Feragu les fera desmembrer,
« Se il m’en croit, o apendre o scorcher. »
Rollant oit ire. Lors se part Oliver ;
Ne prist congié, a cheval veit monter ;
1350N’oit autre a feire fors qe l’eume a lacer ;
Sa lance prist et son escuz borcler ;
Nel puet nus home tenir ni arester.
Le pont passa, irez come cengler ;
Dou tot voldra sa proeçe mostrer.

LXIV[1]

1355Feragu garde, voit venir le marchis.
Irïemant, de mautalent espris,
Le cheval broce, si a son retor porpris.
Con esparviers randone a la perdris,
Vient uns vers l’autre des mortel enimis.
1360Feragu tient le grant bastons massis,
Et Oliver le roit espliez pontis.
27 aSor son escuz ferir veit l’Antecris ;
Sor le cantel a le coilp defalis,
Le fers avance enz en l’eume brunis,
1365Par vive force li a toluz dau vis,
Dont le Païens an fu tot esbaïs.
Desgrace cort au buens cons poestis,
Car les destrers s’entreürtent a pis,
Le pires n’oit cil au quens, ce m’est vis :
1370Le cuers i creve, mort cheit eu prez floris.
Sor Oliver versa l’Amoraïs :
Tant fu li ber dou cheval entrepris,

    — 1346 feront desmembre — 1347 a apendre o — schorciher — 1351 A corder (cf. le vers 2284) ; B bouclier

  1. — 1358 espiuers — 1362 ferit ueit lãcẽris — 1364 Lefres — 1366 A estais — 1367 B buen — 1368 B corrige les en li — 369 pires ueit — 1370 A cors, en prez ; B corrige eu en aou — 1372 B le bier.