Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/195

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tant redotent le comant son segnor :
Crïez l’avoient quatorces banior
1320Qe il ne fust ardiz, grant ni menor,
Qe corusent por envaïr li lor ;
Se nus i passe, bien q’il face retor,
Penduz sera, se fust fiuz sa seror.
François vont dir a Carlons la dolor,
1325Qe nuef sunt pris des .xii. poigneors,
E le Donois, qe fu comenceor ;
Mandez les out Feragu en la tor,
Dont tote l’ost en fremist de paor.

LXIII[1]

Qi donc veïst li quens Rollant irer !
1330Son oncle prist un poi a rampoigner :
26 b« Quant nos devomes, biaus sire, tornoier
« Sor Saracins, si alons a plaider.
« Jusque in Françe vos devïez penser
« Confatemant deviomes errer.
1335« Perdue i avons, sor sant le pués jurer,
« La flors des bons de trestoz vostre enpier.
— Niés », dist le rois, « ne m’an poez blasmer.
« Oïstes vos qe je fis comander
« Qe nuls osast meslee comencer ?
1340« Toz mes comand n’un prisez un diner.
« Par cil apostre q’alons por aquiter,
« Se les poroie ne tinir ni bailer,
« Asez m’en porïez ni blandir ni proier,
« Ne lor feïsse les testes reoigner.
1345« Mais de lor ovres avront bien le loer,

    — 1321 corosent — 1324 a dir — 1327 les ont

  1. — 1329 Si, airer — 1330 Son enole — 1334 herere — 1336 des bones — 1337 le roes — 1342 poroie est écrit d’une main postérieure, le premier scribe ayant laissé un blanc.