Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/192

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LIX[1]

Des quatres che sunt pris, seignors, vos ai retrait
Par la force celui qe or canter se fait.
1240Quatre de doçes piers brocerent d’un garait :
Engelier e Sanson e dous fils Naime i ait.
Quant Feragu les voit, en celle part se trait ;
Semblant ne feit il mie qe nulle peor ait.
Cescuns i a sor l’escu l’espié pecié e frait.
1245Qe vos doi je plus dire, ne parlonger le plait ?
Tut les a retenuz, a qui fust bel ou lait.
24 bRollant cuide avoir pris, ma’ncor ensi ne vait.
L’arcivesque Trepins ne steit plus en agait ;
Le pont passe pugnant sor le varons qe brait,
1250Desiros de confondre le Turc qe lor mesfait ;
Dist qe bien veult morir s’a son brant ne lo rait.

LX[2]

De randons esperone l’arcivesque valant.
Alors fu Feragu d’une reins desirant :
A deus Paiens baili son grant tinel pesant
1255Et a pris une lance a un penons balloiant ;
Pués fiert des esperons le destrer d’Oriant :
Nef resenble qi cort par la vertus dou vant.
Se le buens arcivesque oit paor, ne domant ;
Mais dou tot le ferir no laisa par itant ;
1260Sa lance li peçoie sor l’escuz maintenant,
Qe nel puet enpirer uns diners valesant.

  1. — 1238 — retrahit — 1241 naimes ; ce vers été ajouté en marge par une main postérieure ainsi que le dernier mot du vers précédent — 1245 doie plus, partogerẽt — 1248 enegait — 1249 pugãt
  2. — 1256 les destrers — 1257 Ne senble, do uant — 1259 feri — 1260 lo peçoie.