Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Par delez Feragu, o q’il veille o q’il non,
118523 aCar cun l’autre cheval veult comencer tençon.
Le Paien l’a seisis par l’obers flameron
Ensi legeramant lou treist for de l’arçon
Con feit mere de bangn son petit enfançon ;
A Paiens le comande, qe li sont environ.
1190Cels le desarmerent, menaçant le baron ;
Apres le bon Dainos l’envoient en preson.
Li frere quant le voit ne li fu mie bon.

LVII[1]

Quant le duc Berenger voit la desconvenue,
Qe son frere en menent cele gient mescreüe,
1195Avant qe la novelle soit por Carlons seüe,
Avra il, se il puet, cele prise vendue.
Le destrer leit aler qe mout tost se remue ;
Par tiel vertu estraint sa bone lance ague
Par pué ne l’a le beir e fraite e derumpue.
1200Quant Feragu le voit, a sa gient breit e hue.
« Arestez vos  », dist il, « en cele lande erbue ;
« Si je ne vos reclam, ne soit brace meüe ;
« Veroiz a plainté prendre de ceste gient perdue. »
Plus tost n’out le Paiens sa parole tehue
120523 bQe Berenger li fiert en la targe bosue ;
L’aste de son esplié li a en troi leu rompue.
Feragu streint le pung, fieremant se vertue,
Teil colp i a donez tres par mie la vehue
Qe pasmez et stordiz l’abat sor la menue ;

    — 1184 neille o qi non — 1186 sœisis — 1187 lon ; de manque — 1189 Après sont le premier scribe a laissé la fin du vers en blanc ; une main postérieure a écrit meneç in preson, ce qui est sûrement fautif ; nous suppléons environ qui s’impose

  1. — 1193 descouene — 1194 emenent, mescine — 1196 Aumil — 1200 breu — 1201 landre — 1202 bleue meue — 1203 planite — 1204 Plus tost uõt — 1209 Qe pasmz.