Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/189

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Par si tres grant vertuz qe feit le cans tintir.
Al paser ne se puet Ogier si escrimir
1160Qe Feragu li fiert dou poing a son leisir
Amont desor son hiaume ; tot l’a feit estordir,
Par pué ne fist deu chef andeuz li oilz issir ;
De la dolor paismez stoit a terre cheïr.
Ainz q’il poüst lever ni en soi revenir,
116522 bLe veit le mescreant par mié l’obers seisir ;
A Paiens le comande, si l’a feit desgarnir ;
En la citez l’envoie en la carcer de pir.
Pués a dit a ses homes : « Cist me quidoit scrinir ;
« Ja hom ne passera, nel face repantir. »
1170Quant François le virent, n’orent que esbaïr.

LVI[1]

Grant duel orent François por Ogier le baron
Qe Feragu en a mandez en sa preson.
Avant qel sevisent ni Rollant ni Carlon
Por la venjance prendre esperona Hoton :
1175Frere fu Berenger, des .xii. compagnon ;
Outre le pont l’en porte le bon destrer varon.
Feragu, quant le voit, si retient l’Aragon ;
En la senestre mains a tornez son baston.
Hotes de son espié li fiert de gran randon :
1180De cuer quit fu li escus, ploisor dobles li en son,
Ne li puet enpirer valant un esperon ;
Une toise de l’aste en vole contremon.
Le destrer s’aresta dou Carles canpion

    — 1158 le caus — 1160 le feit don — 1162 de cheuf audenz — 1165 Le neit — 1166 comanda — 1169 home — 1170 leuerẽt uorẽt qe esteir

  1. — 1173 n carllon — 1174 predre — 1175 bereger — 1180 licuson — 1181 speron — 1182 coise — 1183 sareste.