Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/187

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Pués nos en aleromes d’autre part en cil aire.
« Se vos a gient a gient encontrez l’aversaire,
« Encué i romenront mant fiuz de bone maire. »
1110Lors respondi Hestous : « Par foi, sire enperaire,
« Bien vos doit cist consoil anoier et desplaire ;
« Se mielz ne vos sai dire, si me fetes detraire. »

LIII[1]

« Sire », ce dist Hestous, « Je vos sai bien aprendre :
« Fetes les doçes piers sor Feraga descendre,
1115« A uns a uns pasier et ferir et ofendre ;
« Je le sant bien si feit, nos desdira, d’atendre.
« Avant qe il les puesse tut retenir et prendre,
« Poroit avenir grace qe cil moroit dou mendre.
« Se vos a gient a gient les iroiz acontendre,
1120« Hoi veroiz de vos homes maint morir destendre.
« Mais ancué est le jors qe vos devoiz chier vendre
« Les graces as couars qe siroient da pendre.
« Cels qe soloient tant e vanter e espendre,
« Ai veüz lor colors paleïr plus qe cendre ;
1125« E por Ogier le di, qe bien me puet entendre,
« Qe vint fuant vers France, tant com ceval puet tendre,
« Por dir qe Feragu venoit Navaire prendre.
« La mercé le Denois, ne degna tant atendre
« Q’il leisast son escuz ni pecoier ni fendre, »

LIV[2]

1130Dolanz fu le Denois quant s’oï rampogner ;
Estous a regardez, ja s’i voloit mesler,

    — 1107 P. nos aleiromes — 1108 auersare — 1109 Eneue irromenront, mare — 1112 Se nulz ne uos sa

  1. — 1115 A uus a uus pasier fuir — 1117 Porit, domũdre — 1120 Hoi uerciz — 1122 sitoient — 1123 Celes ; tant manque ; uauter — 1126 Qe ueũt, rendre — 1129 petorer.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées LIV