Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LI[1]

Des trois Paiens mout fu gardez li cont.
Congié pristrent quant reconeüz l’ont ;
1085Tornent lor reines, a Feragu s’an vont,
E distrent lui qe François passeront
Par vive force, n’i vaudra guez ni pont.
« E da sa part dan Rollant vos respont
« Q’encué sera par mié nos front a front,
1090« Car nulle riens plus ne desire ou mont.
« François disent bien q’il ne torneront
« Arier en France, si l’acoroneront
21 a« De tote Espaigne ; ja nus ne s’an repont. »
Dist, Ferragu : « Si feront, s’il poront. »
1095Lors feit sa gient arenger lez un mont.
Et nos François aconseiler se vont
Devant le roi comant s’en contendront.

LII[2]

Dist l’emperer : « Barons, qe porons faire ?
« Veez Feragu qe le pas nos contraire :
1100Dolanz serai s’il li demore gaire. »
Ogier le duc son consoil li desclaire.
« Sire », dist il, « tant vos sai bien retraire
« Q’a cors a cors ne li puet om mesfaire.
« Mais fetes vestres renges arenger e refaire
1105« Et les arbalistrés, qe par force de traire
« Faromes Feragu torner a son repaire.

  1. — 1084 reco ueuz — 1087 Pariune, uãdra — 1089 uos — 1090 ouum̃t — 1096 Et uos F.
  2. — 1103 mesfaere — 1104 arengere e refaere — 1105 traere.