Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/185

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Dir lui poroiz qe il avra assé
« Storme e bataille, anz q’il soit avespré,
« E certains sui, e moi e mon barné,
1060« D’aler avant outre sa volunté. »
Dist Jocerins : « Scire, car nos monstré,
« Anz que l’en parte, dans Rollant l’alosé. »
Hestouz li a son braiz au col jeté,
Dist au Paien : « Ce est le Carles né,
1065« Cil ch’ancor ert d’Espaigne coroné.
« Se ton seignor l’atend ou brant letré,
« Meillor li fust ancor a estre né.
« Esgarde bien comant il est formé ;
« Di Feragu qe mal fu conseillé
1070« Quant il encué ensi de la cité. »

De les paroles Hestoz Rollant sorit ;
Comande lui a estier qoi, et dit :
20 b« Mesajer frere, plus ne soie respit
« De la bataille, anz qe nus s’en aflit.
1075« Par sant Donis, qe tot le cors m’an frit ! »
Dist Norbredas : « Se mun sir la disdist,
« Par Mahomet, Espaigne vos aquit.
« Au segle n’i a riens q’il plus aie a dellit,
« Fors de combatre Rollant le proz eslit ;
1080« Ben dise q’il n’a son per en livre escrit. »
Respont Rollant : « S’il atend un petit,
« Le uns o l’autre en ert portez el lit. »

    — 1063 estuz, briaz — 1067 astre ne

  1. — 1072 acstier — 1073 une main postérieure a corrigé soie en soit — 1074 au qe nus — 1076 norbretas — 1080 Leu dist qil ausen per.