Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Di lui de nostre part et dou nostre barnaje
« Qe retraions Marsille hom decahu d’omaje.
« Par ploisors anz nos a tenuz le treüsaje :
« Or demandons Espaigne par nos droit heritaje.
1005« Ja n’avons revestuz le filz de mon soraje
« Et par lui coroner somes en cist viaje.
« Se ton sir nos en veult contradir le pasaje,
« Repantir se poroit dou grant fais q’el encarje,
« Car bone gent avons et de grant avantaje. »

XLVIII[1]

101019 bOliver parle, quant le roi s’est teü :
« Mesajer frere, dirais nos Feragu,
« Se tant est proz cum avons entendu,
« Qe maint prodomes sunt de lor terre ensu
« Qe por honor conquere jusqe ci sont venu.
1015« Volonter mostreroient cescuns d’els sa vertu
« A cors a cors, uns a uns, dui a du ;
« Alors seroit son valors coneü.
— Par Diex », ce a Norbredas respondu,
« Par ce venimes, non por autre salu.
1020« Plus joianz home de mon seignor ne fu
« De trover jostre de vasal perceü.
« Jentil roi sire, quant je parti de lu,
« Par moi vos mande qe Rollant vostre dru
« Li envoiez en mié cil prez erbu :
1025« Se tant puet fere qe Rollant soit vencu,
« Tornez vos en el reing ond Pepins fu ;
« E se mes sire se tient por recreü,
« Dir puet Marsilles q’el a dou tot perdu ;

  1. — 1011 uos — 1015 cescuns de les — 1016 dui a dui — 1017 coueu — 1019 Par ice — 1020 P. ioiaz — 1024 Li emioiez — 1025 soi — 1026 T. v. en le reig̃.