Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/181

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E Ferragu, qe mis avoit paor
A maint Franços qe l’ont veü le jor.
Ne est mervoille s’il an sont en freor,
Qu’ainc en lor vie ne veirent un grignor ;
950Trou ben retrait son jaianz ancessor
C’oncist Davit, le profete houtor.
Envers li troi vient Gerarz le contor :
« Que querez vos ? » Cil distrent : « Ton signor ;
« Da part le nostre somes ambaseor. »
955Gerarz lor dist : « Esgardez lo maor,
« Cil qi retreit plus a terran retor. »
Coneüz l’ont al cors et a la flor ;
E cil parole qe se tient le meillor.

XLVI[1]

Primer parla le ardiz Norbredais,
960Saluer non degna le roi, tant iert malvais.
Tot aut lor dist : « Jameis lo fel Judais
18 b« Del Diex qe vos orez tel traisons non fist mais
« Com sor la gient d’Espaigne, enperer, fete ais :
« Si les viens envaïr come corz font li gais.
965« N’ais mie feit ensi com fist vers Nicolais
« Le boens rois Alexandre, li fiuz Olinpiais,
« Qe nel degna envaïr s’ains ne le desfiais ;
« Parlamenter l’ala o ses Macedonais.
« Mais tu is furios e mal n’achaverais ;
970« Tant est grant ton orgoil, que tu resons te fais
« Meïme, sens alier por raisons de palais.
« Par mon chief, tu ais or encargiez plus grant fais,

    — 946 que nus a. paior — 948 ausãt en f — 949 Quaĩt — 952 geraz — 955 Geraiz l. d. escardez — 956 pt’aterras r. — 957 E ci p.

  1. — 959 norbredas — 961 Tot ant, iudas — 964 les mẽ ennauair — 969 tu manque — 970 que tu manque — 972 or manque.