Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/180

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XLIV[1]

17 bDist Feragu : « Vos alerois al roi
« Oltre cist pont a l’ensaigne que voi.
« De moie part vos li dirois tut troi
« De sa venue durement me mervoi :
925« Cheisons n’i a et ne sai dir por qoi,
« Car en Espaigne il n’a reisons, ce croi.
« Et quant il fust ci venuz por tornoi,
« A itant par itant mont volantier l’otroi.
« E se campions veul metre davant soi,
930« Aprestez sui, por qe Rollant m’envoi
« O Oliver, qe tant feit dir de soi :
« Se moi conquirent, quitemant lor otroi
« L’entrer d’Espaigne ; afïez sunt de moi.
« Et se je pus abatre lor bofoi,
935« Aquitez soit le païs Espainoi.
« Par autre gisse ni par autre coroi
« Ne poront il passer, si com je croi,
« Qe mort n’i soient des meillors de sa loi,
« Se cist bastons ne me faut qe je voi. »

XLV[2]

940Li troi s’an vont a l’ost l’ampereor.
Outre le pont baloie l’oriflor ;
18 aOgier la tient, le loial condutor,
Les doçes per i erent tot entor ;
Meïme Carles e son conseilleor
945I est venus por resguarder li lor

  1. — 923 vos manque — 924 teruoi ; cf. V, p. 35 : molto mi maraviglio di sua venuta — 938 insoient
  2. — 944 conseillor.