Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/179

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

De fers cerclez et le fust de sapin,
890Au bot devant un anel acerin,
Et troi caenes roides com se fust de mastin ;
Ceschune avoit au chief de son termin
Une bellote de cobre alexandrin,
Et emplombés erent par tiel engin
895Qe seul de l’une cheirot un hom sovin.
Cil la seisis, qe dist en son latin :
« De cist poroit sentir Rollant le pallatin. »
Pués comanda mener l’Amoravin ;
Menez i fu covert d’un estorin.
900Ne fust si grant trovez par nul convin.
Le rois ses oncles Claudes de Carcarin
Por grant amors l’envoia au mesclin.
Feragu monte en l’arçons yvorin ;
17 aA son col pand un escus Boveisin :
905N’i avoit ling, mais tot cor buvalin.
Pués feit drecer ses confanons porprin ;
Portreit i sunt Macons et Apolin.
La porte fist ovrir un Barbarin ;
Fors s’en esent le lignaje Chaïn.
910Feragu vient davant toz le chemin,
Tertre resanble qi desande a declin.
Ogier li monstre au cons de Dommartin.
« Veez Ferragu », fet-il, « scire coisin ;
« Le niés Marsille ne sanble pas freïn. »
915Lors i corent Franços et Angeïn,
Rollant le duc, Oliver et Garin.
Le Turc s’areste joste l’ombre d’un pin,
A soi apelle Natasar de Monfrin,
Et Norbredas et le terç Jocerin :
920Mander voldra messaje au filz Pepin.

    — 898 lamorauiti — 901 oucles clandes — 908 fist onir — 909 le a été ajouté par une autre main — 915 augein — 919 Et noberdas et leteruc tere iocerin.