Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

84016 aCent fois s’acombati o l’espee forbie
Por orfres e por veves, por gient a tort blesmie.
Sajes fu ens escriz de la Mahomarie ;
Rices fu a mervoille et pobre mante fie ;
Vint anz avoit a point, l’estorie le nos crie ;
845.xii. coubes fu long, ce est voir sans boisdie ;
La ganbe oit longe e grosse, la forqueüre lie ;
Anples fu en espales ; bu ne li desdist mie ;
Le braz oit long e gros, la mans blance e pollie,
Le doi long de troi paumes, cil q’a plus seignorie ;
850Entre l’uns oilz et l’autre une paume et dimie ;
Ceveleüre blonde et longe e trecelie ;
Gros fu e colloriez, n’a nulle or n’en rie ;
Gracios a tot homes. Ne sai qe plus vos die :
Se pur deignast acroire el filz sante Marie,
855Au segle n’eüst pier de tote baronie.

XLI[1]

Mout fu beaus Feragus, si com dit vos avon.
Ses armes li aporterent dos Paiens d’Aragon :
Le uns oit non Bratés et l’autre Borion.
Ganbieres oit de mailles et d’or si esperon ;
860Le pans de son obers fu de tele façon,
Ne dote spee ni quarel treit d’arcon.
Outre la mer, devers Oceanon,
Il le conquis de petit valeton,
Quant il oncis l’amirez Salion
865Qe pris menoit son pere Falseron :
Teil l’en dona sor le cef d’un baston,

    — 842 de lania homarie — 844 le uos crie — 845 cõbes, cest — 846 oit et e manquent — 847 Aupres en espales — 848 blace — 851 longe trecelue — 852 collonez — 855 Au s. ne est p.

  1. — 857 des paiens — 860 obres fu de cele — 863 Il y avait d’abord faleton, qui a été corrigé en ĩualeton — 865 prist, falseton — 866 Teil lor.