Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Tot deüssent conquere de ci en Oriant ;
« Mais la vertus de Diex les conduit a tormant.
815« Nos somes envoiez ci por defendre tant
« Que nostre sire avra compliz son garnimant.
« Ensons nos en la hors e feisuns bien semblant
« Qe nos leirons pasier ensi legeiremant ;
« Calonçer lor devomes la terre l’amirant.
820« Encué voldrai savoir com se contient Rollant
« Et Oliver le dux, de cui l’on parle tant ;
« Se il a cors a cors voldront torniamant,
« Volantier le feirai, jel desir longemant.
« Alons François veoir, al Diex comandamant. »
825Cels lor ont respondus : « Volanter bonemant. »

XL[1]

Si com a Feragu sa parole finie,
Armer s’en vont tote la baronie.
Dedanz la ville remest la jeldonie ;
Tant en i avoit, ni est que le nonbre en die.
830Feragu s’arme en la sale voutie.
N’oit plus biax home en tote Paienie,
Ne mielz cortois ni plus sans villanie.
Largeçe fu por lui mantenue e sanplie,
Avarice destruite e de son cor bandie ;
835Jameis de son nemi non dist outrequidie,
Mais envers tote gient grant bien e cortesie ;
E quant les oit devant a bataille rengie,
Vers aus non oit amor ne nulle compaignie.
Jameis ne sofri tort an trestote sa vie ;

    — 813 eq̃re — 817 Ensẽs uos. — 820 E neue uoldrai se uoir — 822 uoldrot — 823 leu feira — 824 francois nedir

  1. — 828 laieldeue — 829 que non bien en die — 830 vontie — 834 Auance — 838 copaignie — 839 autre stote.