Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/175

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XXXVIII[1]

15 aEn droit l’aubor, si com il esclari,
Li roi garda defors un poi flori ;
790De Laçarin les deus castels coisi
Et cel palés qe funda roi Clari.
Li foriers l’enperere se ahasterent si
Qe jusqe au maistre bors ferent lever le cri.
Cels dedanz s’armerent, qe furent estormi.
795Feragu lieve, qe la nose entendi ;
A un baucons d’un marbre se guenci,
Frans voit logier contreval un leri,
Dou trief le roi out li pasons coisi.
« Par Mahomet », fet il, « or me taing a scherni :
800« Je ne quidoie mie qe il alast ensi,
« Qe François venisent si tantost pres de ci. »
Lors monta sor la tor et un graille bondi.
A chevals monterent Paiens et Arabi,
Et furent bien .xm., com vos avoiz oï ;
805Por l’entree defandre d’Espaigne sunt garni.

XXXIX[2]

Par mie la ville sonent li oliofant,
Tambors e tinbres ; mout fu la nose grant.
15 bLes gentils homes, li rices, li manant
A Feragu s’en vont ensenblemant,
810Demandent lui que lui vient a talant.
« Seignors », dist il, « veez host avenant ;
« Se il creïssent Macons e Trivegant,

  1. — 791 E stel pales — 792 sahasterent — 794 estornu — 795 uose entendu — 798 Don trief l. r. ont li pasons — 803 lentrie
  2. — 807 la uose.