Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Son preu sera, s’il ert proz et veillant ;
765« Mester lui feit, par le mien esciant. »

XXXVII[1]

Des le maitin, quant paruit l’aube clere,
Cevauche l’ost, qe fu grande et plenere.
Al bon Denois comanda l’emperere
Qe l’orieflame portast a la frontere.
770Tant esploita la franche jent gerere
Qu’au port d’Espaigne ariva lor baniere.
Pués que entrerent en la terre estranjere,
Ne s’an vont mie a loi de gient bergere,
Mais ordenez e por bone mainere.
775Nuls se desflote, fors qe la gient forere ;
Cels vont avant, qi corent la rivere ;
Ne fu trovez Paiens, n’aüst sagnie la chere.
Une noit s’atenderent dejoste une rochere.
A mie nuet dux Naymes de Baivere,
780Cil qe fu filz de sciance sa mere,
Armer fist l’ost sens cris et sens lumere ;
Cescuns se treit a penons et a schere.
Le nom mistrent de chevalers san Pere,
Pués s’adrecerent par mie la terre Asclere.
785Le niés Carlons et sa compaigne fere
Feit l’avantgarde con sa gient soudoiere,
E la vitaille se moinent por derere.

  1. — 766 Des manque — 772 Le scribe avait d’abord écrit Pues que trerẽt, puis il a exponctué trerẽt pour le remplacer par quretẽt, ce qui est inintelligible — 773 Ne sanõt — 774 ordenz — 776 Celes — 777 naust sagaie — 778 rechere ; cf. V, p. 30 : appresso di una rocca — 787 se mouient.