Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/171

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La raïne a beisie, qe stoit an jenoillons,
Qe prie nostre Scire, ou a devocions,
Q’a joie retornent li vielz e li garçons.
13 a« Sire », dist la roïne, « de grace vos prions,
685« Pués que devois aleir en estranges reions,
« Mout i avrois contreires et enemis fellons,
« Les forteces de Espaigne et celles d’Aragons
« Ne vos rendront il mie tot ensi en perdons,
« Vos i demoreroiz a bien longe seisons,
690« Lasse mener sa fame cescuns de tes barons :
« Lor n’avront de torner ensi droite equeisons
« E d’autres grans pechiez seront a garisons.
— Dame », dist l’enperere, « se Deix ploit, ne ferons,
« Car por estroiz passajes chevaucher convenrons.
695« A molt petit de terme qe puet estre verons ;
« Se devromes en host demorer au delons,
« Por vos et por les autres volenter manderons.
— Sire », dist la roïne, « Celui qe maint el trons
« Por plans et por riveires et por vals et por mons
700« Mand le bon Michael devant tes confanons. »
En plorant l’a baisé, a la desevreisons.

XXXIV[1]

Partiz est da sa fame le rois enperial.
Maintinant desandi dou paleis princepal ;
A place l’atendoient ses barons natural.
705Le roi seigne son vis et monta el ceval.
De son neveu Rollant a feit son mareschal.
Le jor seoit li quens el noir de Portegal,
Armez de totes armes qe se feit a vasal.

    — 682 on a devocions — 685 aloir ens en strauges recõs — 686 bellons — 691 Lor nauõt — 693 lenpere — 700 confanos — 701 deureisons

  1. — 707 el uoir — 708 se fcit.