Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/170

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Au roi Florent, qu’en avoit seignorie,
Qe bien gardast devers cele partie
Ne domajasent sor lui la gient ahie ;
660Ne qiert plus de servis ni autre manantie,
Car se pur bien i garde, si avra sa druerie.
Un autre en envoia Disirer de Pavie,
Qe tient Millans et Brisse et tote Lombardie,
Qe la mer de Venese gard bien vers Sclavonie,
665Qe Turc n’i pragne port, ni Grés de Romanie,
Car de tote la gerre ne li qiert autre ahie.

XXXII[1]

Ancor fist l’enperere un autre breus escrire :
Al bon rois des Englois manda proier et dire
Q’en sa terre le laisse et ne l’en veult tollire,
670Mais se gient Saracine le venist asaelire,
Qe vegne d’outre mer, doie soi contenire
A gise de prodome qe defent son enpire.
L’apostoille de Rome par Puille e par Secire
A cescuns port de mer fist aprester navire,
675Dont mout fist Saracins d’outre mer esbaïre.
Si bien a divisez Carlons le son partire
Qe nulle riens non soigne que lui puese desdire
De geroier Marsille et son reigne conquire.

XXXIII[2]

Par un mardi matin se moet le rois Carlons,
680Quant la messe est cantee et fete sa oreisons.

    — 661 i manque — 664 gard a été ajouté par une main plus récente — 665 qe tuut m prag port ni cres ; une main plus récente a corrigé tuut en tuit et mis un e au-dessus du g de prag ;

  1. — 668 de senglois — 675 estaire — 676 lenson p.
  2. — 679 marcli, se uicet.