Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XXVI[1]

Les mesajers d’Espaigne s’an tornerent pensis.
550A ce qe respondi li sire de Paris,
Penserent bien de voir q’il ni irunt grans dis
10 bQe il avront mesters de secors et d’amis.
A Saragoçe sont arivez, ce m’est vis,
Davant li rois Marsille, a une jovedis ;
555De la respoise Carles mantinant les reqis.
Il lor respondirent : « De lui avons apris
« Qe de lui se gardent trestoz se anemis :
« Penser dois et savoir s’onques lui forfeisis.
« Unques plus belle gient, mielz armez ni garnis
560« De buens destrés et d’armes ne vit nus home vis. »
Marsille les entand, ne oit ne jeu ne ris.
Un sospir a gités de parfont cor pensis.
« Ei ! lais », dist il, « peçable, com bien sui escarnis !
« Il nos vinra dou tot calonger cist peïs.
565« Ses host sont amassees et je suis desgarnis. »
Au plus tost qe il poit a ses barons tramis,
La novele lor conte et consoils a requis.

XXVII[2]

« Seignors », ce dist Marsille, « sains point de gabarie,
« Carlles nos vient a querre, s’avrons grant envahie,
570« Et nos n’avons de riens nostre terre garnie ;
« Je n’ai nel qoi nel qeil dont ge le contrelie. »
En estant s’est dreciez tot irez l’Augalie ;

  1. — 550 respõde — 551 Penseroit — 553 aunez — 558 seuoir — 563 don bien ; cf. V, p. 23 : ahi ! lasso, como io sono scornato e beffato !
  2. — 569 nos ment, ennahie.