Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/165

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XXIV[1]

— Sire », font les mesajes, « donc nos desfiez vos ?
« Dites apertament se veniré sor nos.
— Segnors », dist l’anperere, « dit vos ai mon respos.
« Longemant a je feit ce qe ne funt li los,
530« Qe totes autres cars manjue fors lui sols :
« A destruir Cristians ai stez trop afaros.
« Or entand d’esanplir la loi cil Glorios
« Qe par la gient humane fu stendu en la cros.
« Maint felons Saraçins, qe or sunt orgueillos,
535« Ou l’aïe Jesus me croi feir doloros.
« Se vestre rois se garde, certes no l’en repros,
« Car qi bien garde soi est saus el cef de tos. »

XXV[2]

Quant oirent les mesajes ce qe Carles respont
E qe de son coraje riens savoir ne poront,
540Atrovez l’ont si sage, qe son cor lor escont.
Dau roi prendront conjé, si l’anclinent parfont ;
Isus sont de Paris, ja n’i aubergeront ;
Par le lor droit chemins vers Aragons s’en vont.
Tarz les manda Marsille e plus tarz torneront,
545Qe l’anperer de Rome avoit ja a cist pont
Asenblez tot sa gient et de plains et de mont.
Les conductor des host, dux et marchis et cont,
Sont del tot afirmez qe plus n’atardaront.

  1. — 526 A uos desfiez nos ; B doenc — 530 cars maine — 533 stendiu. — 536 A nre
  2. — 539 neus sauoir — 540 Atronez — 543 chemis — 544 e pius tarz — 545 cist manque.