Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Aportez moi cist breus al Franchois avoaje,
« E q’il vos respondra rementez en coraje. »
Cels partirent a l’aube, s’acoilent lor voiage ;
425E tant ont esploité por plans et por boschaje
Qe il verent Paris, les tors et li estaje.
Par defors la citez verent covert l’erbaje
De tendes et de cubes de ceir drais de paraje.
Cil jor avoit Rollant acompliz son viaje,
430De Rome estoit tornez, si amena el bernage,
E de part l’apostoile salue l’emperaje.

XX[1]

Quant qe Carles demande Rollans li cons cataine,
Con ben feit l’apostoille, il e sa gent Romaine,
8 bEc vos les doz mesages al rois de Morligaine
435Par degrez monterent an mie la sale autaine ;
La troverent des princeps e la flor e la graine.
Le roi salüerent en lengue Cristiaine
Da part le roi Marsille qe Espaigne demaine ;
Pués lui bailent la carte que de sermons fu plaine.
440L’emperere la pris sens senblance villaine.
Son clerge demanda, Geboïnz de Toraine.
Quant a frosié la cire : « Amis », dist Carlemaine,
« Lijez la nos tot aut, sens nul teisir sotaine. »

XXI[2]

Li clerge prant la carte e le seieus debrise,
445Pués qe le rois son scire comanda qe la lise.

    — 422 a franchois auane — 424 Celes — 425 E tant oït esploitz — 426 paus los tors — 428 De tende

  1. — 433 il a sa gent — 434 Genꝰ les doz — 435 au mie — 436 flos — 437 cristiane — 438 espaige — 439 su plaine — 440 senblace uillane — 441 Son clere d. geboirz
  2. — 444 Si clerge, sciẽs.