Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/157

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XII[1]

Le parlament ont pris de l’aler en Espagne ;
Cescuns se vont ofrir den la noble compagne.
330Son escriveins demande le bons rois Carlemaigne
E cescune proferte a escrivre li ensaigne.
Avant en vont les princepz, li dux et li chataigne ;
Qi plus poet oferir en son cuer plus gaagne.
Entre Riçarz li dux et dans Hue le Maigne
335E Guendelbuef de Frixe et Ligier de Toraigne,
Estier contes, marchis et barons d’Alamaigne,
Tant i proferirent que l’anperer s’en saigne.

XIII[2]

Celui jor sunt a Aise la cor et le bernage.
L’endemans par maitin cançerent cil estage ;
340A Paris retorna l’orguelos enperage.
Joie funt et torni de gient de maint lengaje.
A le quint jor s’en vont cescuns son habitaje
E font garnir lor homes por fornir lor viage ;
Mais ne lor disent mie qeil part faront domage,
345Anz lor feirent acroire qe l’amperer a naje
Veult aler outre mer en general pasaje.
Cil anz pardona Carles cescuns son trebusage,
Et a feit as barons honor et avantaje
D’armes et de diners e de chevaus d’Araje.
350Tot ensi convient fere segnors che est proz et saje,

  1. — 332 li sataie — 334 dans huc le anaigne ; cf. V, p. 15 : Riccardo e’l duca Ugone di Alamagna — 335 guendel ruef — 336 contes & m — 337 lau perer
  2. — 338 bernagne — 340 enperaire — 341 de geint — 342 habitaie ajouté par B — 344 ferrent — 345 ferrent, auaie — 347 Cil auz.