Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Quant il veult estre li primers gioner
« D’entrer en Spagne por noz pechiez mender.
300« Del saint apostre bien vos doit remembrer,
« Ou no ousez alier ni chaminer.
« Nus contradit soit plus dou chevaucer ;
« Qi disdisist, bien le poroit comprer.
« Nos alerons a Paris estorer ;
305« Illoc faromes nostre gent amasser
« E la vitaille venir e caroier,
« Et ferons por nos terres, ou sunt les pors de mer,
« Aprester de navire ausi com por nager ;
« Alor ne pora nus nostre alee ymaginer.
310« Voir qe nos manderons le bon Danos Oger
« An le cef de Navaire les pasages garder,
« Que Paiens ne pusent sor nos encomencer.
« E vos, dan Rollant, feites venir li soudoier,
« E je vos donerai, par vos encoroner,
315« Quatre mil chevalers et por ma aneme salver.
« Se nus i a qe se velle de mon dit agrever,
« Et il et tot les autres doie en estant lever,
« E le boens remeront asis sains travailer. »
Mal dahaiz celui sul qe degna redrecer !
320Ançois se proferrent d’avoir et de diner.
Gales de Vormandois mist au col son baudrer,
6 aDavant li cont Rollant se veit anjenuiller,
En plorant de ses eulz li veit merci crïer,
E li cons lui pardone, tant l’en prie Oliver.
325Gaenellons lor profert .xxm. chevaler.
Alor sunt afermez, sans nus contralïer,
Qe deu tot aleront Espaigne chalongier.

    — 298 li primirans — 303 disdisisti, comperer — 304 estoier — 307 on sunt — 309 nostra — 311 nauariæ — 316 Se uus ; B qe se ueut — 321 Gabẽs (B corrige b en l) deuor mãdos — 322 amenuiller — 323 li uẽit — 327 Qe de utoz.