Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/154

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

240« Ce qe volomes querre au roi Marsiliun,
« Qe il noz devroit rendre de droit et de reison
« E mander les trebuz des trepasiez seison,
« Je ne voi ci nus home cui ne fust biax et bon.
« Mais il oblia dire et mostrer la reison
245« Por quoi mander Marsille seroit ben en perdon :
« Il nos a tant qe rendre que nel valt Aragon.
« Et nos afermez somes qe ne lui ne nus hon
« Por forçe non tendra dou nostre un esperon.
« Se lui mandons mesajes, ne le sant si bricun
250« Qe il n’entende bien que le desfïeron ;
« Lors se poroit garnir tantost en un randon,
« Que pois ni il toresez ni castel ni dongon.
« Mais, al loer de moi, savez que nos faron ?
« N’i soit plus afiaille com dau los au montun.
255« Ci a li mois de mai et la douce seison :
« Da cist jors troi mois le ost asenbleron,
« Le primer jors d’agust, qe la semenason
5 a« Sera ben recolue, et nos departiron.
« Mais ne se veult la cose spoblier a nus hon,
260« Que si tost n’ait Marsille mesaje ne spion
« Com serons in sa terre a coite d’esperon
« A ardoir le peïs, ni i remagne maison.
« Avant qu’il s’an perçoie, tiel schec lor doneron,
« Mal le savroit mender ne il ni Falsiron.
265« E qi ne veult venir a ceste enqisiçon,
« Merci claim a Celui qi sofri passion
« Q’il en face venjance qui s’afeit a fellon.
« Qui veult venir, sun anime ara remision

    — 241 reisom — 242 mender, seisom — 243 Ja ne uoi — 245 Por q̃i — 248 uõ tendra — 250 uẽtẽde ; A desfiom — 252 pois ui il t. ni c. ni dogon — 253 nui foron — 254 anmõtũ — 255 Ci a lunois — 258 Sera bem — 259 sploblier auhon ; B coise — 262 E ardoir, remagna — 264 sauõit, falsirom — 266 clami — 268 sũ die a la r.