Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/153

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
IX[1]

215Le filz al duc Grifons, Gaenellons se leva ;
Sajes fu quant il veult, oirois qe il dira.
Come Rollant le vit, son parler redota :
Li cor li dist acertes que il demonstrera
Reisons dond le antrer d’Espaigne remanra.
220« Fols est, segnors », fet il, « qe ce loer voldra,
« Si tost commencer guere com Riçars dit vos a :
« Non ben honor seroit as pluisors qe sunt ça
« Envaïr rois Marsille, s’on nel desfïera.
« Unques li rois mi sire mesaje n’i manda
225« A querir treüsaje, ne de riens l’apella.
4 b« Jamés n’amai Marsille, par ice nel di ja
« Mandomes lui mesaje, qe je croi q’il fira
« Le voloir mon seignors et quant qe lui plaera ;
« E se il dist qe non, savez q’en devera ?
230« Pués savrons se por forçe noz droiz nos retendra ;
« Se nos le desfiomes, nus blasme nos sera.
« Qi achever puet sans gere, sachiez que bien fera ;
« Car se gere encomençe, tant longor durera,
« Qi plus en voldra avoir, par mon chief, plus n’avra.
235« Or respondent les sajes, cel qui parler voldra,
« Mais a senez non taing qui ce contrafara. »

Aprés li contes Gaines se dreça Salamon.
« Segnor », dist il, « vor dist dan Gaenellon,

« Car qi puet achever sans gerre et sans tençun

  1. — 220 A uodra — 225 ne de reis — 226 par ite uel — 229 E sell dist — 233 ecomençe — 235 cele.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées X