Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Remembre voz la grant desloiautés
« Qe vos a feit Marsille des le tenz trapassés,
« Qe promis a cist roi, de soz Vïene al prés,
« Fealté et homaje, et menti son hom liés,
160« Quant Girard le mena, l’orguelos deu Fratés,
« Por confondre et destruir vos et Cristinités.
3 b « Se vos avois vis d’omes et conosanz soiez,
« Jamés cil grant oltraje oblïer non devés.
« Par lui ne fu manqise et de sa voluntés
165« Qe ne fusez destruz, oncis et esilés.
« Or est venuç le terme et le pont arivés
« De venger Deus et vos. Ja sui je aprestés,
« Cun .xx. homes de la Glixe soudés,
« De estre primirans trestot entallentés.
170« Si vos estes si feit com ja vos ai trovés,
« Pitit porois priser castel ni firmités
« Qe durer vos i puise, tant soit de murs fondés.
« Barons, se voz eüsse de mon dit agrevés,
« Pri voz qe dou meillors intre voz avisés. »
175A cist mot s’est asis, loé et desloés.

VIII[1]

Molt fu coie la cort quant oit parlez Rollant.
En estant s’est levez dam Riçars le Normant ;
Ses diz fu bien oïz, car n’estot pas enfant.
« Segnors », ce dist li duc, « non lairai par itant
180« Qe cescuns de voz plus soit sage et entendant
« De moi, que je non die alques de mon tallant.
« Vos avez bien oï le fils Mille d’Anglant,

    — 159 A homaje meut ; B ajoute la conjonction et et un i à meut — 160 A girad — 162 nis domes — 167 deys et uos ie sui aprestes — 172 nos — 174 don, intres, auissues (?)

  1. — 177 dum r. — 178 pax — 179 disti.