Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1303 a« Laserez sor nos filz qe veniront depois ;
« E n’encargez tiel fais que voz morez del pois.

VII[1]

— Se Diex m’ait », fet Rollant, « qe ben parle Galés,
« Il et cescuns qi sunt d’altretel voluntés !
« Car qi dit son voloir non doit estre blasmés.
135« Dan Gales, ge voil ben que une riens saciés,
« Que noz voz conoisomes, ne voz an corocés,
« Vos et vestres lignaje, et comant nos amés :
« L’onors vestre seignors ne amastes jamés.
« Mal ait qi vos fist duc ni de consoil privés,
140« Quant en ses grant domaje vestre sir conseilés !
« De cui conoscez voz le bien que vos avés ?
« Da Deu et da Carlons : or les en mirités !
« Ores oit bien, ce croi, .x. ou nuef anz pasez
« Q’en periloz repois et plains de vanités
145« Et vos et tot cestor sunt estez et regnés
« Et a deseriter les pobres orfanés ;
« Les criminaus pecez sunt sor vos amassés,
« Les armes et les cors de voz sunt engajés
« Au diables d’anfers : quant les rechatarés,
150« S’a cist pont orendroit ne voz en empensés ?
« Et je di et consoil qe le primer soiés
« A entrer en Espagne, ne plus mot non parlés.
« Ne voz amerai mays par vestre malvaistés :
« Mielz valt sovant taisir q’estre trop averbés.
155« Seignors barons », dist-il, « q’estes ci asemblés,

    — 130 de frois — 131 E uen cargez

  1. — 135 ge uoi — 136 Que uoz noz — 139 A de son soil — 143 Or ; B sis ou cinc ans — 144 uaintes — 145 E nos — 148 Il semble que la leçon primitive était anemes.