Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1495Ains me prenge tés maus que il me face estendre,
Que me parte li ceurs et li cors et li menbre,
Que Lubiens li vieus a la barbe ferande
Mon gent cors avenant ait ja nuit en sa canbre ! »

XL[1]

Elyes li vasal fist forment a prissier :
1500Dedens le canbre fu mout tresbien aaisiés,
Que paien ne l’i sorent, li quiver renoié.
Rosamonde le sert de gré et volentiers,
Et s’amor li pressente, la bele au cors legier.
Macabrés l’amiraus fu assis al mengier,
1505Mais ançois qu’il en lieve ert dolans et iriés :
Lubien de Baudas, li chenus et li vieus,
Fu entrés en sa tere a tout .xxm. paiens ;
Il fait gaster les vinges et tos les blés soier ;
(d)Il a pris .i. message, al roi l’a envoiet,
1510Que il li doinst sa fille a per et a moillier
Et trestoute sa terre ensi con il le quiert,
U son fil li envoit, Caifas le proisiet,
U Jossé d’Alixandre u Malpriant le fier ;
Li qués d’eus qui en isse, mout ert mal engingiés :
1515Bien peut estre seurs de le teste a tranchier.

XLI[2]

Macabrés l’amiraus fu assis al disner,
Mais ançois qu’il en liet ert dolans et irés,
Lubien de Baudas, li viés kenus barbés,
A tout .xxm. paiens est en sa tere entrés.
1520A tant es le message sor le palais monté(s),
A sa vois qu’il ot clere commencha a crier :
« Macabrés de Sorbrie, fai ta gent escouter.

  1.