Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Puis a pris une corde, el col li a lachiet,
En sus de lui le maine, que durement le crient.
Jusc’au tref l’amiral ne se vaut atargier ;
Il le trove dormant en son pavellon cier,
2045Delés lui pent s’espee al poing d’or entaillié.
Quant Galopins le voit, s’en fu joiant et lié,
....................
....................
Puis a passé les aigues et les viviers ;
2050Enfressi en la cambre peinturee a or mier,
Ou Elies se dort. Ains qu’il fust esvelliés,
Li fu près li chevaus que tant a covoitié ;
Et quant le voit Elies, joians en fu et lié,
Andeus ses mains en a tendues vers le ciel :
2055« Hai ! pere de gloire, tu soies grasiés ! »

LVIII[1]

Al matin par son l’aube, quant li jor lor esclaire,
Jusc’al tref Lubien en vienent les noveles ;
.I. Sarrasins li conte, destruite soit sa geste !
« Par Mahon, amiral, or est trop grant la perte.
2060En Prinsaut l’Aragon ne meterés mès sele :
On le vous a enblé et vo gardes desfaites ;
Ch’a fait li petis leres qui hier vint devant vespre.
Leres ert et espie, bien sot conter la beffe.
Par l’ame Tervagant, boine le nous a faite ;
2065Plus de .c. mars d’argent en vaut hui vostre perte.

    — 2043 tref]tres — 2047-8 : On lit dans le ms. deux vers presque identiques aux vers 2054-5 :

    Andeus ses mains en tendi vers le ciel :
    « Hai ! pere de gloire, tu soies grasiés ! »

    Ces vers font évidemment double emploi, et le sens demande deux autres vers développant ce qui précède.