Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/78

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

altéré dans E et devenu complètement inintelligible dans F. Dans notre poème, Tomile, parlant d’Olive, dit (v. 199) :

Ele est molt forment ivre, tant a beü piment.

On ne voit pas à quoi rime cette accusation d’ivresse, portée ainsi contre Olive, que rien n’explique ni ne prépare. — Dans E, comme nous l’avons noté plus haut, Tomillas verse à Olive du vin, « préparé avec des herbes », qui la rend malade ; il l’endort ensuite au moyen d’une charte magique, ce qui est inutilement complexe. Seul N, donne un récit intelligible et logique. Après s’être réconcilié avec Olive, qui avait d’abord repoussé rudement ses propositions amoureuses, le traître (Milon = Tomile) prie la reine de sceller leur réconciliation en buvant avec lui à un gobelet, rempli d’un breuvage soporifique. « Il le porte à ses lèvres, fait semblant de boire ; la reine, au contraire, vide la coupe et tombe aussitôt dans un sommeil semblable à la mort » (analyse de G. Paris, p. 107). Grâce à cet engourdissement de la reine, Milon peut mettre à côté d’elle, dans son lit, un homme, un nègre, qu’il a assoupi avec le même breuvage. — Ce récit a tout l’air d’être la version originale : F voulu abréger et modifier, il a laissé de côté la scène de la réconciliation et la première mention du breuvage, et, ainsi, il est devenu inintelligible ; E a voulu mettre, dans le récit, du merveilleux, de la sorcellerie, et il a introduit la charte magique, qui fait double emploi avec le vin « herbé ». Cette fidélité manifeste de N, pour un détail essentiel, nous inspire de la confiance en ce qui concerne le reste de son récit, notamment pour le trait si curieux que l’homme que le traître introduit dans le lit d’Olive est un nègre.

Les doutes portent surtout sur la seconde partie de N, récit des aventures de Landri après qu’il s’est éloigné définitivement de la cour. Il est certain, nous