Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

des messages à Sobrie pour faire savoir aux bourgeois que leur seigneur Doon est devant la ville ; ils sont très joyeux et font sonner les cloches. Les personnages les plus nobles de la ville s’avancent à cheval pour saluer Doon ; le maire lui adresse la parole et lui offre des vivres pour ses troupes, en vue du siège de Mayence. Doon refuse ; il a assez de provisions (v. 3653-3718).

L’armée du duc marche de Sobrie sur Mayence, à travers un territoire peu fertile. Landri, seul, s’éloigne de l’armée, assis sur un mulet, pour aller chasser au faucon. Il est surpris par deux fils de Grifon [de Hautefeuille], Hardré et Hélie, au moment où son faucon vient d’abattre un cygne. Hardré insulte Landri, lui reprochant de chasser près du vivier de son père Grifon ; il en résulte une querelle et un combat. Hardré tue le mulet de Landri ; Hélie l’attaque de l’autre côté, mais Landri le tue. Hardré veut venger son frère, mais Landri le désarçonne, le lie sur son cheval et l’amène à Doon, qui le fait pendre devant Mayence (v. 3719-3831).

Les troupes de Doon sont devant Mayence. On dresse des machines de guerre pour battre les murs ; mais la ville, fondée par les Sarrasins, est forte, et les assiégeants ne parviennent pas à endommager ses portes d’ivoire [1]. Landri jure qu’au besoin il assiégera la ville pendant sept ans. Malingre fait une sortie avec la meilleure partie de sa suite armée ; mais les hommes de Landri réussissent à lui couper la retraite. Dans la mêlée, il

  1. Nous n’avons pas trouvé ailleurs mention de ces portes d’ivoire (olifant) de Mayence, qui sont peut-être une invention de l’auteur. On peut noter qu’à la fin du xiie siècle, époque probable de la composition de F, Mayence était ville ouverte. Pour punir les bourgeois du meurtre de leur archevêque, Arnold de Seelhofen, Frédéric Barberousse avait fait démolir les murs de la ville en 1163 ; ils ne furent reconstruits qu’en l’an 1200 ; voir K.-A. Schaab, Die Geschichte der Bundes-Festung Mainz, Mainz, 1835, in-8°, p. 68.