Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/274

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Que Landris est venu[z], si ameine sa mere
4465Et son oncle Pepin, qu’est roi[s] et empereres,
Et molt de haus barons et Doon le sien pere.
Salmadrine l’entent, grant joie en a menée.
Toute la ville en bruit ; meïsmes l’emperere
Monta en .j. destrier qui la crope ot lée,
4470A l’encontre lor va, grant joie a demenée.
Entrencontré se sont Landris et l’emperere ;
Olive et Salmadrine aussi s’entrencontrerent,
Plus de .c. fois s’acollent et assez se baiserent.
En la cité s’en entre[nt], grant joie demenerent.
4475Encontre lor venue trestuit li sein sonerent ;
N’i ot si povre rue ne fu[s]t encortinée.
Droit au mai[s]tre palais descent li empereres
(f. 85)Et Pepin[s] et Landris et Olive sa mere ;
Tout contreval la ville escuier s’ostelerent.

CXXVIII[1]

4480Contreval la cité est la novelle oïe
Que Landris est venu[z] por esposer s’amie ;
Diex ! quel joie on en fait [en] contreval la ville !
Salmadrine la bele aresne dame Olive :
« Bien soiez vos venue, ma dame et m’amie :
4485« De Dieu et tous les sains soiez vos beneïe !
« Quanques je ai est vostre et en vostre baillie. »
Quant Olive l’entent, si en devint molt lie ;
[Se] grant joie se font, je ne m’e[n] merveil mie.
Et li escuier font que les napes sont mises ;
4490Quant l’eaue fut cornée, cil chevalier s’asirent ;
Li dui empereür, Doons et dame Olive

    — 4465 qu’est, ms. qui est. — 4466 Doon, ms. Doz. — 4468 m. l’empereur. — 4471 L. et l’empereur. — 4475 li s. senerent.

  1. — 4485 et de t. — 4488 merveil, ms. mervoille. — 4491 Li deux e.