Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/219

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cil lor corurent sus, qui de l’agait issirent ;
La ot tant han[s]te frainte, tant[e] targe percie,
Mainz morz et abatuz des compaignons Malingre.
Es vos par la bataille Amorant de Saint Gile :
2990Niés ert Aubri [l’evesque], cosins germains Olive,
Dus estoit de Be[o]rges, siue en ert la baillie ;
Va ferir Grifone[l], .j. des neveuz *Ma[lingre],
Fil sa seror germaine, la dame Malsarie,
Qui tint quite Gormaise et la grant seignorie ;
2995Le cuer li a fendu, l’arme s’en est partie.
Et Esmerez josta a Salvain d[e] Espire,
Nez fu des traïtors, seneschaus fu Tomile ;
Tant soef l’abat mort que ne brait ne ne crie.
Aubris, li bons avesque[s], reva ferir Malingre,
3000Que l’escu li fendi et l’ausberc li descire ;
Parmi le flanc senestre li a l’enseigne mise.
Et Olive seoit sus .j. mul de Sulie,
En sa main .j. perche dont la han[s]te est fresnine :
Sor l’iaume de son chief ala ferir Malingre,
3005Que le nasel d’acier en mi le front li brise,
Que les denz li esclate et froisse les gencives.
Li sanc[s] vermoilz en raie et a val en defile ;
Moillie[z] en a les pans et du haubert les lices.
(v°)Lors escria la dame : « N’i dureroiz, traïtres,
3010« Ça me lairez La Roche ; ne l’avrez jamais mie ;
« Ja la me dona Do, quant a moillier m’ot prise,
« Et tote[s] les honors de Coloigne la riche. »
Malingres vit ses homes detrenchier et ocire ;
Il est tornez en fuie, s’a ses regnes guenchies ;
3015Damedeus le confonde, qui trestoz nos cha[s]tie !

    — 2986 la gent i. — 2990 Aubri, ms. Auberi. — 2991 en est. — 2994 Germaise. — 2995 Li c. li a fondus. — 2996 josta, ms. joste ; Salvain, sic ms., cf. v. 3078. — 2998 que, ms. qui. — 3000 Qui. — 3003 e. frazine. — 3005 nasel, ms. vaisel. — 3006 froissent l. g. — 3013 ces h. — 3014 ces roigne g.