Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/214

Cette page a été validée par deux contributeurs.

(v°)« Je sui Do de la Roche, voirement sui .j. dus ;
2855« Forment m’ama Pepins, nostre roi[s] al lion ;
« A moillier me dona Olive sa seror ;
« J’en oi .j. fil, Landri, que a tort ai perdu. »

LXXXVII[1]

Quant ot Landris li enfes que ses peres a dit
Et Guinemant son maistre a coneü al vis,
2860Ses deux mains a tendues, cheüz est devant lui.
« Sire Do de La Roche, por amor Deu, merci !
« Pardonez moi les maus que en l’estor vos fis,
« Ou chief de la bataille quant par force vos pris.
« Que mentiroie jé ? Je sui Landris voz fiz. »
2865Qui donc veïst baisier et le pere et le fil,
Et Asse de Maience et son frere Jofrin,
Dieus ne fist home ou mont cui pitié n’en preïst ;
Li emperere plore ; ne s’e[n] pot a[s]tenir.

LXXXVIII[2]

« Sire », ce dist Landris, « qu’avez fait de ma mere ?
2870— Ne sai », ce dist li dus, « si m’aït Deus li pere.
« Tomiles et Malingres du païs me geterent
« Et Griffe d’Autefueille, li traït[r]e[s], li lerre ;
« Sim desfia en France Pepin[s] li emperere ;
« Por amor dame Olive la terre m’en veerent.
2875« Je ne sai quel chemin la bele en est alée ».
Quant l’entendi Landris, s’a la color müée ;
Voianz toz se pasma, de pitié de sa mere.
— « Ne le faites ainsi, amis, » dist l’emperere,

    — 2855 de l. — 2857 oi, ms. ois ; que, ms. qui

  1. — 2858 oi L. ; ces p. — 2859 s. m. a requeneu amis — 2864 Q. vos m. — 2866 et, ms. a. — 2867 preïst, ms. prinst
  2. — 2873 Si me d. Cf. v. 2626. — 2874 P. a. de O. la t. m’envaierent. — 2878 f. mie a.