Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/212

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Que nos puez bien secour[re], s’a toi vient [a] talent !
« Enuit sonja[i] .j. songe, sus ces buches ardanz,
2805« Que iere a La Roche el plus haut mandement ;
« Si me donoit Landris, voz filz, .j. garnement,
« Et Olive sa mere chevaus et garnemenz ;
« De ma ci[t] de Maience vi toz les murs sanglanz,
« Et veoie en .j. eve Tomile et ses parenz,
2810« Il n’en issoient mie, ainz remanoient enz.
— Biaus niés », ce dist li dus, « trop tarde longement ;
« Et moi que chaut, pecheres ? je n’en verrai nÏent. »

LXXXIV[1]

Le jor fu en la chartre Do, si fort se demente
Et plore et sospire por s’amie la gente :
2815« Ahi ! biaus filz Landris », fait il, « bel[e] jovente,
« Jamais ne vos verrons [vivant] en Looraingne !
« Ce nos a fait Tomiles, li fel, par sa chalenge.
« Li fel nos a traïz ; Deus mal [guerdon] l’en rende
« Et Audegour sa fille, que me dona a fame. »

LXXXV[2]

2820Alixandre li ber repaire du mostier
Et a en sa compaigne .xxm. chevaliers.
Davant l’empereor ardent .m. encensier ;
Li niés Pepin de France repaire ou premier chief,
Par soz l’uis de la chart[r]e s’est alez apoier ;
2825S’ot dementer les contes, si l’en pri[s]t grant pitié ;

    — 2803 Que, corr. Qui (?) — 2804 buches ardans, sic ms., altéré. — 2805 el, ms. en.

  1. — 2813 f. D. en la ch. — 2819 que, ms. qui.
  2. — 2820 Li barons A. — 2825 S’oit.