Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/208

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ne livrez ses ostages, ne point ne sui je fie. »
2690— Fil[l]e, » dist l’emperere, « ne soiez si hastive ;
« Li ber a molt grant sens avec chevalerie ;
(v°)« Si a dedanz son cuer .j. venjance prise.
« Mais or pl[e]üst a Deu, le fil sainte Marie,
« Qu’il eüst toute France forjurée et guerpie :
2695« Certes, je li donroie de m’anor grant partie ».
Li rois s’en va couchie[r] en sa chambre garnie,
De ci qu’a mie nuit, que sonent les matines ;
L’empereres i va, o lui grant compaignie
Des barons de sa terre, qui son regne jostisent ;
2700Davant lui fait po[r]ter [les] granz cierges de cire,
En .j. crote [en] entre davant Sainte Sofie ;
Souvent reclame Deu, le fil sainte Marie.
Et la fille le roi ne fu pas endormie,
Ainz se leva en piez, seule sanz compaignie,
2705Si sainglement, sanz dras, c’onques n’i ot chemise,
Mais ele [s’]afubla d’un mantelet d’ermine ;
Venue est en la chambre ou cil de France gisent,
Le lit a son ami ne meschoisira mie,
Car du franc chevalier ot la parole oïe.
2710De Landri qui s’en va est dolante et pensive ;
Entre lui e l’esponde s’est mucie et glacie ;
Quatre fois le baisa ainz qu’ele mot li die.
Li vassaus s’esvoilla, s’a la dame sentie,
Trova ces mameletes gisant sor sa poitrine ;
2715Dures sont et noveles, encor ne sont blemie[s].
Es vos la char l’enfant si d’amisté sousprise
Que li tremble li cors com foille qui balie ;
(f. 52)[Ainz] mais de fame en terre n’ot itel compaignie.

    — 2689 as o. — 2695 de m’aver. — 2696 Li .j. ; ch. parmie. — 2698 L’empereur. — 2700 des cires. — 2704 A. li se l. — 2706 afubla, ms. afluua. — 2707 cil, ms. so. — 2708 meschesira m. — 2712 le, ms. la. — 2713 li v. s’avoilla. — 2716 sourprist. — 2717 Se ; come f. q. baillie.