Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Le chastel de La Roche et Coloigne la riche ;
« Certes, quant m’en remembre, ne puis joer ne rire ».
Dist Guinemanz ses mai[s]tres : « Ne vos esmaiez mie.
2660« Pris es[t] li rois Dorames et conquis Montervile
« Et li .iiij. baron qui les granz maus vos firent.
« Hé ! Deu, se il [i] muerent, com mar virent lor vies !
« Et li rois Alixandres a sa grant terre quite.
« Hé ! ber, car pren congié au roi et a sa fil[l]e ;
2665« Ralons nos en [arriere], a la Pasque florie,
(f. 51)« Pour veoir le lignage qui nos peres traïrent.
« Hé ! ber, se ne te venges, ta proesce est fa[il]lie.
« Se tu trueves le roi, de t’amor le desfie.
— Mai[s]tre », ce dist li enfes, « f[e]el conseil me dites :
2670« Se Pepin[s] ne m’aïe, de m’amisté n’a mie ».
.I. vaillanz escuiers a la parole oïe ;
Cil est a son hostel, mais ne le sevent mie.
De ci que ou palais ne cesse ne ne fine,
Et trueve Alixandre ou par[o]le a sa fille ;
2675Devant lui s’agenoille, si li commence a dire :
« E[n] nom Deu, emperere, or vos croi[s]t poine et ire :
« Du damoisiel de France n’avrez jamais aïe.
« Li ber s’e[n] vuet aler, et ses maistre l’otrie.
— Amis », dist l’emperiere, « ce que est que vos dites ?
2680« Li damoisiaus de France a m’anor en baillie,
« Tote Constantinoble, Monbardon et Vaillie ;
« Si m’a conquis Dorame et ma guerre finie ;
« Et, s’il s’en vuet aler, bele ert la departie :
« Je li ferai merir sa poine et son servise ;
2685« Tant li donra[i] avoir, tot son vivant ert riches ».
Quant l’entent la pucele, s’est müée et vertie :
« Sire rois Alixandre, ce que est que vos dites ?
« Ja ne m’a pas Landris jurée ne plevie

    — 2660 c. Monteruule, cf. v. 2848. — 2661 li, ms. les. — 2662 come m. v. l. nies. — 2664 prens. — 2675 si, ms., ci. — 2679 Ains ce d. — 2680 m’amor en b. — 2684 m. ses poines.